Loi de santé scélérate adoptée !!!

Au mépris du peuple ils ont osé valider la loi de santé

Pour les élections futures, ne les oubliez pas

Télécharger

Analyse du scrutin n° 1200 – Première séance du 01:12:2015 – Assemblée nationale

Ont voté POUR

  1. Ibrahim Aboubacar
  2. Patricia Adam
  3. Sylviane Alaux
  4. Jean-Pierre Allossery
  5. Pouria Amirshahi
  6. François André
  7. Nathalie Appéré
  8. Kader Arif
  9. Christian Assaf
  10. Pierre Aylagas
  11. Jean-Marc Ayrault
  12. Alexis Bachelay
  13. Guillaume Bachelay
  14. Dominique Baert
  15. Guy Bailliart
  16. Gérard Bapt
  17. Frédéric Barbier
  18. Serge Bardy
  19. Ericka Bareigts
  20. Christian Bataille
  21. Delphine Batho
  22. Marie-Noëlle Battistel
  23. Laurent Baumel
  24. Philippe Baumel
  25. Nicolas Bays
  26. Catherine Beaubatie
  27. Marie-Françoise Bechtel
  28. Jean-Marie Beffara
  29. Luc Belot
  30. Karine Berger
  31. Chantal Berthelot
  32. Gisèle Biémouret
  33. Philippe Bies
  34. Erwann Binet
  35. Jean-Pierre Blazy
  36. Yves Blein
  37. Jean-Luc Bleunven
  38. Patrick Bloche
  39. Daniel Boisserie
  40. Christophe Bouillon
  41. Brigitte Bourguignon
  42. Malek Boutih
  43. Kheira Bouziane-Laroussi
  44. Émeric Bréhier
  45. Jean-Louis Bricout
  46. Isabelle Bruneau
  47. Gwenegan Bui
  48. Sabine Buis
  49. Jean-Claude Buisine
  50. Sylviane Bulteau
  51. Vincent Burroni
  52. Alain Calmette
  53. Jean-Christophe Cambadélis
  54. Colette Capdevielle
  55. Yann Capet
  56. Christophe Caresche
  57. Marie-Arlette Carlotti
  58. Fanélie Carrey-Conte
  59. Martine Carrillon-Couvreur
  60. Christophe Castaner
  61. Laurent Cathala
  62. Jean-Yves Caullet
  63. Nathalie Chabanne
  64. Guy Chambefort
  65. Jean-Paul Chanteguet
  66. Marie-Anne Chapdelaine
  67. Guy-Michel Chauveau
  68. Dominique Chauvel
  69. Pascal Cherki
  70. Jean-David Ciot
  71. Alain Claeys
  72. Jean-Michel Clément
  73. Marie-Françoise Clergeau
  74. Romain Colas
  75. David Comet
  76. Philip Cordery
  77. Valérie Corre
  78. Jean-Jacques Cottel
  79. Catherine Coutelle
  80. Jacques Cresta
  81. Pascale Crozon
  82. Frédéric Cuvillier
  83. Seybah Dagoma
  84. Yves Daniel
  85. Carlos Da Silva
  86. Pascal Deguilhem
  87. Florence Delaunay
  88. Michèle Delaunay
  89. Guy Delcourt
  90. Pascal Demarthe
  91. Sébastien Denaja
  92. Françoise Descamps-Crosnier
  93. Sophie Dessus
  94. Jean-Louis Destans
  95. Michel Destot
  96. Fanny Dombre-Coste
  97. René Dosière
  98. Sandrine Doucet
  99. Philippe Doucet
  100. Françoise Dubois
  101. Jean-Pierre Dufau
  102. Anne-Lise Dufour-Tonini
  103. Françoise Dumas
  104. William Dumas
  105. Laurence Dumont
  106. Jean-Paul Dupré
  107. Yves Durand
  108. Philippe Duron
  109. Olivier Dussopt
  110. Henri Emmanuelli
  111. Corinne Erhel
  112. Sophie Errante
  113. Marie-Hélène Fabre
  114. Martine Faure
  115. Olivier Faure
  116. Alain Fauré
  117. Richard Ferrand
  118. Aurélie Filippetti
  119. Geneviève Fioraso
  120. Hugues Fourage
  121. Jean-Marc Fournel
  122. Valérie Fourneyron
  123. Michèle Fournier-Armand
  124. Michel Françaix
  125. Christian Franqueville
  126. Jean-Claude Fruteau
  127. Jean-Louis Gagnaire
  128. Yann Galut
  129. Guillaume Garot
  130. Jean-Marc Germain
  131. Jean-Patrick Gille
  132. Jean Glavany
  133. Yves Goasdoué
  134. Daniel Goldberg
  135. Geneviève Gosselin-Fleury
  136. Pascale Got
  137. Marc Goua
  138. Linda Gourjade
  139. Laurent Grandguillaume
  140. Estelle Grelier
  141. Jean Grellier
  142. Edith Gueugneau
  143. Élisabeth Guigou
  144. David Habib
  145. Razzy Hammadi
  146. Benoît Hamon
  147. Mathieu Hanotin
  148. Joëlle Huillier
  149. Christian Hutin
  150. Monique Iborra
  151. Françoise Imbert
  152. Michel Issindou
  153. Éric Jalton
  154. Serge Janquin
  155. Henri Jibrayel
  156. Régis Juanico
  157. Armand Jung
  158. Laurent Kalinowski
  159. Marietta Karamanli
  160. Philippe Kemel
  161. Chaynesse Khirouni
  162. Bernadette Laclais
  163. Conchita Lacuey
  164. François Lamy
  165. Anne-Christine Lang
  166. Colette Langlade
  167. Jean Launay
  168. Jean-Luc Laurent
  169. Pierre-Yves Le Borgn’
  170. Jean-Yves Le Bouillonnec
  171. Patrick Lebreton
  172. Gilbert Le Bris
  173. Anne-Yvonne Le Dain
  174. Jean-Yves Le Déaut
  175. Viviane Le Dissez
  176. Michel Lefait
  177. Dominique Lefebvre
  178. Annie Le Houerou
  179. Annick Le Loch
  180. Catherine Lemorton
  181. Christophe Léonard
  182. Annick Lepetit
  183. Jean-Pierre Le Roch
  184. Bruno Le Roux
  185. Arnaud Leroy
  186. Michel Lesage
  187. Bernard Lesterlin
  188. Serge Letchimy
  189. Marie Le Vern
  190. Michel Liebgott
  191. Martine Lignières-Cassou
  192. Audrey Linkenheld
  193. François Loncle
  194. Gabrielle Louis-Carabin
  195. Lucette Lousteau
  196. Victorin Lurel
  197. Jacqueline Maquet
  198. Marie-Lou Marcel
  199. Jean-René Marsac
  200. Philippe Martin
  201. Martine Martinel
  202. Frédérique Massat
  203. Michel Ménard
  204. Patrick Mennucci
  205. Pierre-Alain Muet
  206. Philippe Nauche
  207. Nathalie Nieson
  208. Robert Olive
  209. Maud Olivier
  210. Monique Orphé
  211. Michel Pajon
  212. Luce Pane
  213. Christian Paul
  214. Rémi Pauvros
  215. Germinal Peiro
  216. Hervé Pellois
  217. Sébastien Pietrasanta
  218. Christine Pires Beaune
  219. Philippe Plisson
  220. Élisabeth Pochon
  221. Napole Polutélé
  222. Pascal Popelin
  223. Dominique Potier
  224. Michel Pouzol
  225. Régine Povéda
  226. Patrice Prat
  227. Christophe Premat
  228. Joaquim Pueyo
  229. Catherine Quéré
  230. Monique Rabin
  231. Dominique Raimbourg
  232. Marie Récalde
  233. Marie-Line Reynaud
  234. Pierre Ribeaud
  235. Eduardo Rihan Cypel
  236. Denys Robiliard
  237. Marcel Rogemont
  238. Frédéric Roig
  239. Barbara Romagnan
  240. Bernard Roman
  241. Gwendal Rouillard
  242. René Rouquet
  243. Boinali Said
  244. Béatrice Santais
  245. Odile Saugues
  246. Gilbert Sauvan
  247. Gilles Savary
  248. Gérard Sebaoun
  249. Christophe Sirugue
  250. Julie Sommaruga
  251. Suzanne Tallard
  252. Sylvie Tolmont
  253. Jean-Louis Touraine
  254. Stéphane Travert
  255. Catherine Troallic
  256. Cécile Untermaier
  257. Jean-Jacques Urvoas
  258. Daniel Vaillant
  259. Jacques Valax
  260. Michel Vauzelle
  261. Michel Vergnier
  262. Jean-Michel Villaumé
  263. Jean Jacques Vlody
  264. Paola Zanetti
  265. Laurence Abeille
  266. Éric Alauzet
  267. Brigitte Allain
  268. Isabelle Attard
  269. Danielle Auroi
  270. Denis Baupin
  271. Christophe Cavard
  272. Sergio Coronado
  273. Cécile Duflot
  274. François-Michel Lambert
  275. Noël Mamère
  276. Véronique Massonneau
  277. Paul Molac
  278. Barbara Pompili
  279. Jean-Louis Roumégas
  280. François de Rugy
  281. Eva Sas
  282. Jean-Noël Carpentier
  283. Ary Chalus
  284. Stéphane Claireaux
  285. Jeanine Dubié
  286. Paul Giacobbi
  287. Joël Giraud
  288. Gilda Hobert
  289. Jacques Moignard
  290. Stéphane Saint-André
  291. Roger-Gérard Schwartzenberg
  292. Alain Tourret
  293. Bruno Nestor Azérot
  294. Sylvie Andrieux
  295. Philippe Noguès
  296. Thomas Thévenoud

 

 

 

Vox Populi, Vox Dei

Madame, Monsieur le député,


Les attaques de vendredi relèvent d’une barbarie inouïe, expression d’une haine aveugle d’un autre âge et d’une volonté délibérée d’abattre une civilisation porteuse de valeurs. Valeurs de respect et de tolérance, d’indépendance et de liberté ; de la juste reconnaissance de l’autre naît une société apaisée.

Les médecins et professionnels de santé libéraux se sont mobilisés, encore une fois, à l’aube de ce 13 novembre, pour défendre ces valeurs. Cette mobilisation par son ampleur a été exceptionnelle.

Les médecins et professionnels de santé libéraux se sont mobilisés, encore une fois, en cette tragique soirée du 13 novembre, au nom de ces valeurs : soigner tous, en toutes circonstances, en tout lieu.

Au-delà de l’indicible, de l’inconcevable, au-delà de l’empathie envers les victimes, leurs familles, leurs amis, au-delà d’un incommensurable respect pour tous ceux qui se sont mobilisés et se mobilisent encore sans compter, soignants et force s de l’ordre, le temps est au deuil. Celui des disparus, celui aussi d’un changement profond de notre quotidien, de notre société, de notre avenir immédiat au regard des mesures exceptionnelles prises par le Chef de l’État.

Le temps est au respect, au silence, au recueillement.

Le temps est aussi à la réaffirmation de nos valeurs face à la barbarie, à l’obscurantisme, au fanatisme.

L’État d’urgence décrété renforce les pouvoirs de police des autorités civiles. Cette mesure de sauvegarde nous engage à redéfinir nos priorités, ne serait-ce que par la restriction de certaines libertés individuelles et l’interdiction des rassemblements.

Les professionnels de santé ont su v vendredi définir leurs priorités et prendre leurs responsabilités ; et ils continueront avec dignité, fermeté et conviction.

A l’heure où nos valeurs sont attaquées comme jamais, la priorité paraît être au renforcement de notre cohésion en tant que peuple et Nation.

La loi de « modernisation » du système de santé porte des réformes d’ordre sociétal qui ne sauraient souffrir d’un débat tronqué dans les conditions actuelles.

Quelle est donc l’urgence de cette réforme du système de santé dans le contexte actuel ?

Il paraîtrait indécent de poursuivre son processus législatif dans un contexte où le débat public se trouve de facto contraint.

Les professionnels de santé libéraux ont su prendre leurs responsabilités et attendent de leur ministre de tutelle qu’elle sache garantir un processus législatif démocratique bénéficiant des conditions d’une liberté d’expression rétablie en ajournant ce dernier.

Veuillez croire, Madame, Monsieur le député, en l’expression de ma considération


Dr Maxime BALOIS

Médecin généraliste à Roncq, Délégué 59 UFML, Délégué 59 SML, Élu au Conseil de l’Ordre des médecins du Nord 

————————-
 
Mesdames, Messieurs les députés

Dans un mouvement unanime tous les syndicats de profession de Santé avaient enclenché une action pour dénoncer l’absence totale de discussion avec la ministre de la Santé et les dangers de sa loi.

Cette action a commencé le vendredi 13, avec un succès grandissant dans de nombreuses villes de France où les cabinets étaient fermés et devait se terminer ce lundi 16 à Paris.

Devant l’horreur de la situation que connaît notre pays et par esprit de citoyenneté et de responsabilité, les syndicats ont appelé dès vendredi soir à l’arrêt du mouvement et demandé aux professionnels de santé de reprendre leur activité de soins.

Nous regrettons que la ministre n’ait même pas eu un mot pour relever ce geste responsable et qu’au contraire son texte soit maintenu, alors que la situation appelle plutôt à la concorde nationale plutôt qu’à ruiner le système de santé français.

Nous vous demandons donc d’agir auprès du gouvernement ou lors des débats parlementaires pour suspendre l’examen de ce texte et en appeler à une vraie collaboration avec les professionnels de Santé, et de ne pas profiter de la situation exceptionnelle pour passer un texte sans avoir pu voir l’opposition des professionnels concernés.

Veuillez agréer mesdames, Messieurs, mes sentiments les meilleurs

Dr Schmidt

Secrétaire général adjoint de l’UJCD union dentaire
 
—————————————


Lettre envoyée ce jour au Président de la République par le syndicat, l’UJCD union dentaire, afin de demander un moratoire sur la loi santé présentée au Parlement.
 

Dès l’annonce des attentats odieux qui ont ensanglanté notre pays, nous, professionnels de santé libéraux, avons interrompu le blocage sanitaire commencé le vendredi 13 novembre et massivement suivi : durement attaquée, la France avait besoin dans l’heure de tous ses soignants. 

Nous avons également annulé les manifestations prévues les jours suivants pour permettre à chacun d’être à son poste.

Pour prendre ces décisions, nul besoin de l’injonction de quiconque : c’était notre devoir de professionnels responsables, de citoyens solidaires, de patriotes mobilisés et elles s’imposaient à nous.

Devant la gravité des périls, vous avez de votre côté pris la décision rarissime de déclarer l’état d’urgence dans notre pays.

Nous attirons votre attention sur une des conséquences de ces dramatiques événements : nous, opposants à la loi de santé, nous trouvons actuellement privés de tout moyen d’expression. Le droit de manifester est suspendu, et les ennemis de la France ont créé une situation d’urgence sanitaire absolue nous obligeant à rester disponibles. 

Dès lors reprendre le calendrier parlementaire et examiner la loi de santé comme si de rien n’était sera perçu comme une manœuvre déloyale, et un déni de démocratie . Le monde actuel ne manque pas de pays où la lutte contre le terrorisme sert de prétexte au pouvoir en place pour museler les oppositions. Nous avons trop de respect pour votre personne et pour votre fonction pour accepter qu’un tel soupçon puisse s’installer dans notre pays. 

Nous, professionnels de santé libéraux, demandons donc un report de la discussion consacrée à la deuxième lecture du projet de loi de modernisation de la santé à l’assemblée nationale. Ce moratoire permettra l’instauration de cette concertation qui a tant fait défaut jusqu’à maintenant pour l’élaboration de ce texte, et donnera tout son sens à la conférence de santé souhaite par le premier ministre 

Le Dr Brique Didier écrit aux députés et aux sénateurs…

Madame la Ministre,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

Voici vingt-deux ans maintenant que je suis installé comme médecin libéral à Dunkerque.

Depuis vingt deux ans , j’ai pu apprécier les multiples réformes entreprises en matière de santé et principalement celles susceptibles d’améliorer la qualité des soins et de notre exercice.

Génériques, évaluations des bonnes pratiques , télétransmission etc, la profession s’est pliée aux efforts demandés , sans reconnaissance de notre tutelle, sans écoute des difficultés que nous rencontrions au quotidien.

Toutes ces réformes ont eu comme effet la désaffection de notre spécialité , la plus économique , la plus empathique, de l’ensemble du corps médical, par les étudiants en médecine.

Toutes ces réformes ont été inefficaces pour rendre notre système de santé économique,  fiable et efficace.

Actuellement, il semble acquit que moins de 30 % des étudiants s’installeront un jour en médecine ambulatoire.

Un désert médical semble s’installer dans notre pays.

Comment nous , qui sommes installés depuis plus de vingt ans, ne pas comprendre nos jeunes confrères – et je suis Maitre de stage pour la faculté de Médecine de Lille- nous, qui sommes les médecins européens qui travaillons le plus ( 2500 heures/an en moyenne) , qui sommes les moins bien reconnus d’Europe , et en particulier oubliés dans nos facultés.

Bientôt la charge administrative , toujours plus pesante d’année en année, sera encore aggravée par l’usage d’un tiers payant généralisé qui allongera encore la durée de nos actes déjà parasités par les demandes cumulées , sociales , administratives , et médicales.
Notre liberté d’exercer est mise à mal.
Notre relation médecin patient est soumise à un lointain Big Brother méprisant.

La coupe est pleine car la fatigue est grande et le défaut de reconnaissance de notre profession devient humiliant.

C’est pourquoi , comme nombre de mes confrères , j’inscris sur ce courrier mon souhait d’effectuer dans les semaines qui viennent une demande de déconventionnement . 


Dr Brique Didier

Le Dr Bruno LEBOURGEOIS écrit aux députés

Docteur Bruno LEBOURGEOIS

Médecine Générale

3 Pl du Gl de Gaulle

59520 Marquette lez Lille

Monsieur  DAUBRESSE

Député du Nord

                    Monsieur le Député,

Médecin Généraliste, thésé depuis 1988, je vous écris concernant la loi de santé en débat actuellement à l’Assemblée.  Le sujet étant tellement vaste, je vous fais part de 2, 3 remarques :

Le 1/3 payant existe déjà pour les patients en CMU, ALD 30,AEMO, accident du travail…, tant à l’hôpital qu’en ville. Les médecins de terrain n’ont pas attendu la loi pour l’appliquer aux personnes dans le besoin qui le leur demandaient.

Par contre ce 1/3 payant généralisé obligatoire va augmenter la main mise des mutuelles, sans résoudre un meilleur remboursement des soins dentaires et d’optique, et les prix des mutuelles vont augmenter.

Les indépendants, les salariés perdant leur emploi, les retraités… pourront-ils se payer une mutuelle de plus en plus chère  et qui les remboursera de moins en moins ?    Créant une véritable Médecine à plusieurs vitesses !!!

Que va devenir le secret médical avec la cotation des actes vis à vis des mutuelles ? Elles ne font pas que de la protection maladie, mais également des assurances, des crédits, etc. Et les statistiques des mutuelles ne seront pas dans un but de Santé publique.

J’ai été très déçu d’apprendre que le 1/3 payant généralisé a été voté par 35 députés présents sur 577 : 23 voix Pour,

12 voix Contre.

Alors que le 15 mars, entre 20 000 et 50 000 médecins (selon les sources), défilaient à Paris ( pour une profession difficilement mobilisable)  Et que le 31 mars, 85% des cabinets médicaux de l’agglomération Lilloise, étaient fermés.

Je ne peux que ressentir de la colère face au désintéressement de nos élus de droite comme de gauche, vis à vis du médecin généraliste libéral, et comprendre l’absentéisme de nos concitoyens lors de vote républicain.

En tant que médecin de terrain, j’ai l’impression, qu’en  »haut lieu », et depuis plusieurs années, (cf la loi HPST de Mme Bachelot), il a été décidé de tuer la Médecine Générale Libérale. 

La loi n’étant pas encore totalement votée, je vous demande de vous mobiliser, ainsi que vos collègues, afin  de proposer une véritable alternative.

J’envoie également une lettre à notre sénateur

Veuillez croire, Monsieur le député, malgré ma colère, en mon sincère respect

 

Le Dr Yves LEFETZ écrit aux députés

Dr Yves LEFETZ 
467 rue de lille 
59223 RONCQ    

                                                                                            à 

                                                                                                                              Monsieur le Député 
                                                                                                                                     Gerard Darmanin 

Monsieur le Député , 
Vous n’êtes sans pas sans savoir que la loi de reforme du système de santé a été adoptée hier par l assemblée nationale . Une écrasante majorité de 23 voix pour ,  12 voix contre !!! Le détail du scrutin indique que vous n avez pas participé à ce vote . Je suis très sensible au fait que vous vous soyez mobilisé pour défendre notre cause et apprécie la façon que vous avez d’ exercer votre fonction  de député en ne participant pas à un scrutin ou l avenir de la médecine , des médecins praticiens et du système de santé en général se dirigent  tout droit vers une déshumanisation de nos pratiques , un état ou les mutuelles régneront en maitre au détriment de nos patients et de la qualité des soins que nous pourrons prodiguer . Je ne manquerai  pas de faire connaitre à mes patients qui sont également vos électeurs  toute l énergie que vous avez déployé afin de préserver  les structures sanitaires dont ils auront besoin dans l avenir . Les derniers résultats électoraux montrent que la France est en souffrance et le vote d hier par ce résultat ridicule  de 23 contre 12 sur un projet aussi important que celui de la santé  indique bien que le problème est le fait des politiques et pas seulement un problème de société ! 

vous remerciant encore de votre implication , je vous prie d’ agréer , Monsieur le député , l expression de mes salutations distinguées.

Les médecins de Dordogne écrivent aux députés

PETITION POUR VOTRE DEPUTE

 

MADAME OU MONSIEUR LE DEPUTE VOUS VOTEZ NOS LOIS ET VOUS VOTEREZ LA LOI SANTE

MADAME TOURAINE VEUT GENERALISER LE TIERS PAYANT AU NOM DE LA JUSTICE SOCIALE ET DE L ACCES AU SOIN POUR TOUS

POURQUOI NE PAS ELARGIR SEULEMENT LE SOCLE DE LA CMU ?

 

« LE TIERS PAYANT VA-T-IL:

 REGLER LE PROBLEME DES DEPASSEMENTS D HONORAIRE?

LE MANQUE DE MEDECINS?

LE REMBOURSEMENT DES SOINS DENTAIRES ET D OPTIQUE?

POURQUOI LES ASSURANCES PRIVEES SONT ELLES SI INTERESSEES PAR CETTE MESURE DITE SOCIALE?

EN GENERALISANT LE TIERS PAYANT OBLIGATOIRE ME TOURAINE VA PERMETTRE AUX MUTUELLES DE DICTER LEURS CONDITIONS ET LEUR PERMETTRE D AUGMENTER LEURS TARIFS AU DETRIMENT DES ASSURES

A TERME MON MEDECIN RESTERA T IL MON MEDECIN GENERALISTE OU DEVIENDRA T IL UN MEDECIN D ETAT VOIRE UN SALARIE DES MUTUELLES PRIVEES

MADAME OU MONSIEUR LE DEPUTE, PENSEZ VOUS VRAIMENT QUE CETTE LOI AILLE DANS LE SENS D’ UN VERITABLE PROGRES SOCIAL?

A afficher dans votre salle d’attente a cote de la pétition

Ponce Pilate

Messieurs les députés

L’Assemblée nationale a voté la généralisation progressive du tiers payant, 
La généralisation par étapes de ce système permettant de ne plus avancer les frais d’une consultation, inscrite à l’article 18 du projet de loi défendu par Marisol Touraine, a été  adopté par 23 voix contre 12 en première lecture cette nuit

35 députés sur 577

40.000 médecins s’étaient déplacés à Paris pour s’y opposer…

Nous vous avions alerté et 
– soit vous avez voté
– soit vous avez laissé faire pour la plupart d’entre vous

C’est ça la démocratie ?

C’est pour ça qu’on vous a élu ?
Vous vous étonnez du taux d’abstention lors des élections  de vos différents mandats !!!
Pouvez-vous nous expliquer ?
Vous êtes allés trop loin et nous préparons nos armes

Le Dr Loic WATINE écrit aux députés

Dr loic WATINE
1, allée des chênes
59290 wasquehal
à
Mr le député maire Françis VERCAMER

Monsieur le député,

suite à notre rencontre du 30 mars dernier à la mairie de Hem, j’éprouve le besoin de prendre la plume.

Tout d’abord pour vous remercier de votre écoute et de votre accueil.

ensuite, pour vous faire part, une nouvelle fois, de mon inquiétude et de celle de mes confrères, au sujet de la loi santé actuellement en débat à l’assemblée nationale et dont le tiers payant généralisé et obligatoire vient d’être adopté.

Installé à wasquehal depuis 1994, en tant que médecin généraliste, c’est la première fois que je me sens autant menacé dans l’exercice de mon métier de médecin, au point que je songe sérieusement à me joindre à un mouvement général de déconventionnement.

la Convention jusqu’à maintenant respectait peu ou prou mon indépendance, mon serment d’Hippocrate et ma déontologie.

que restera-t-il à défendre quand les mutuelles seront au pouvoir?

obéissance à un diktat statistique individuel où il vaudra mieux soigner des « bien portants » et surtout pas les « sans dents » de Monsieur le Président HOLLANDE pour être bien « noté » et donc bien « payé » ?.

Cela, Monsieur le député, je ne peux l’accepter.

la médecine doit rester un art ouvert à tous, petit, grand, gros, mince, malade ou non (là, je pense prévention…)

elle ne doit pas devenir une bureaucratie où le patient deviendra , forcément, la variable d’ajustement selon la « case » ou « on » (les mutuelles) l’aura mis.

Monsieur le député, j’aime encore mon métier mais aidez moi, aidez nous pour que cela ne devienne pas uniquement un cauchemar administratif et financier dont les dégâts collatéraux seraient innombrables.

plus je discute avec mes patients et plus ceux ci sont atterrés  par cette loi santé et ses répercussions.

Je vous remercie, Monsieur le député de l’attention que vous voudrez bien porter à ce discours épistolaire et vous prie de croire en mes sentiments les meilleurs.

Dr Loic WATINE

Le Dr Caroline BACHELET-GUELTON écrit aux députés

Lettre envoyée à monsieur Christian Hutin
député de la 13eme circonstription du nord

Monsieur le député,

Je sollicite votre attention sur le projet de loi santé de Marisol TOURAINE actuellement en discussion à l’assemblée nationale.
Je suis médecin généraliste installée depuis plus de vingt ans, un métier que j’ai choisi pour son altruisme.
Ce métier s’est dégradé d’année en année, nous en demandant toujours plus sur le plan administratif au détriment de l’examen clinique du patient.
Cette dévalorisation de la médecine libérale est devenue intolérable pour beaucoup d’entre nous et l’annonce d’une nouvelle et ultime dégradation notemment par le tiers payant GéNéRALISé ET OBLIGATOIRE m’oblige à penser au déconventionnement.

Je vous remercie donc , monsieur le député, de bien vouloir faire part de ma menace de déconventionnement auprès de vos collègues et de la ministre si cette loi passe malgré la protestation unanime du corps médical .

Je vous prie de recevoir , monsieur le député, ma plus sincère considération et espère votre soutien inaltérable devant cette loi mortelle pour la médecine libérale

Docteur BACHELET-GUELTON Caroline    Dunkerque

Le Dr Antoine COURDENT écrit aux députés

Mme le Député,

Médecin généraliste, fraîchement installé depuis juillet 2014 (comme quoi, des jeunes s’installent!), permettez moi de vous interpeller au sujet de la « Loi Touraine » dont vous allez prochainement débattre a l’Assemblée Nationale.

En effet nous n’êtes pas sans savoir à quel point elle inquiète la quasi totalité des médecins et des paramédicaux.

Tout d’abord elle est proposée par le ministre comme une loi de justice et de progrès social au prétexte que certains français, parmi les plus pauvres renonceraient à se soigner.

Les patients les plus démunis, j’en soigne tous les jours, bénéficient déjà de la CMU qui les dispense de toute dépense et d’un accès à tous les soins nécessaires à leur état.

Il en va de même pour les patients gravement malades qui bénéficient du 100% et les accidentés du travail.

Il peut toutefois exister des personnes échappant à ces couvertures sociales, mais il ne s’agit pas de notre fait ; il s’agit en général de patients qui n’ont pas fait ou pas pu faire valoir leurs droits, et que généralement nous soignons gratuitement… en attendant que leurs dossiers soient mis à jour ;

S’il y a renoncement à des soins c’est du seul fait de l’état, et depuis toujours, en ce qui concerne les lunettes, les prothèses auditives ou dentaires en particulier…

 

L’avance des soins par ceux qui le peuvent, est responsabilisant, et facilite grandement le travail comptable du médecin ; Les patients étant par ailleurs remboursés très rapidement, souvent même avant que nous ayons déposé leur chèque en banque.

Ainsi utilisée pour les remboursements la carte vitale ne nous gêne en rien. L’argumentation avancée par le ministre est donc fausse et même intellectuellement malhonnête.

Ce projet de loi est totalement et gravement attentatoire à notre éthique, à notre honneur et au serment d’Hippocrate, qui garantit le secret médical, ainsi qu’à notre indépendance quant aux soins et aux traitements que nous prodiguons.

Avec cette loi, les opérateurs tels que les mutuelles et les assureurs auront accès au secret médical, et auront les moyens d’imposer aux médecins la prescription des traitements conformes à leurs choix financiers, ce qui est totalement inacceptable et constitue un véritable casus belli.

De plus les patients perdront la possibilité de choisir leur médecin et leur spécialiste et se verront imposer celui qui aura été choisi par leur mutuelle. Mutuelle qui sera obligatoire, et dont ils n’ont même plus le choix quand ils sont salariés, ce qui est aussi tout a fait inacceptable. Et avec quelles augmentations de tarifs ?

Vous n’êtes pas sans savoir que la plus grande partie d’entre nous travaille énormément, depuis des années, de l’ordre de 60 à 70h par semaine, assumant le poids de tracasseries et d’une paperasserie de plus en plus étouffantes ( Les caisses ayant pris l’habitude, pour faire ses économies, de se se décharger sur nous d’une part de ce qui relève de leurs compétences ), avec des responsabilités de plus en plus écrasantes et stressantes, au détriment de la sérénité et de la passion dont nous avons besoin pour faire correctement notre travail.

Il est pour nous absolument évident que l’instauration du tiers payant décuplerait le travail administratif qui nous incomberait, forcément au détriment du temps consacré à nos patients et du peu de vie privée qui nous reste. Puisque nous serions sensés contrôler les droits de nos malades au milieu d’une jungle administrative opaque (CPAM et une vingtaine de caisses/ plus de 500 Mutuelles/et jusqu’à la validité de l’autorisation de prélèvement par les caisses sur le compte des patients !).

Puis passer un temps fou en comptabilité pour gérer les erreurs de règlement, procéder aux recherches et réclamations…si nous voulons être rémunérés! .

Nous peinons déjà à faire ce travail pour la partie de 1/3 payant déjà existante et pour la part qui nous est due par les mutuelles , nous ne pouvons absolument pas en assumer plus.

Le niveau beaucoup trop bas de nos honoraires ne nous permet pas non plus de rémunérer du personnel pour faire face à ces tâches à notre place.

Mme la ministre nous parle de simplification, mais elle n’est absolument pas crédible…nous savons bien que jamais nous ne pourrons gérer une telle « usine a gaz » tout en faisant correctement notre travail de médecin.

De plus, vous n’êtes pas sans savoir que le nombre de médecins va diminuer considérablement, conséquence du numérus clausus ( imposé en 1975, et maintenu mordicus pendant 30 ans par tous les gouvernements qui se sont succédé au mépris des avertissements de la profession).

Ainsi, à Calais, au vu de la pyramide des ages, 50% des médecins du secteur seront touchés par la retraite dans les trois ans.

Il faut donc vous préparer à un état de « catastrophe sanitaire ».

Les rendez-vous auprès de certaines spécialités déjà sinistrées se comptent en mois !

Les confrères encore en exercice ne pourront assumer un doublement du nombre de leurs patients et cette augmentation démentielle des charges administratives générées par cette loi.

Et je ne vous parle pas des villages alentours ou il n’y aura plus aucun médecin, entraînant de plus la disparition des pharmacies de campagne. Que deviendront les personnes isolées que les médecins n’auront plus le temps de visiter ?

Le tout sera encore aggravé par la démotivation des confrères qui arrêteront prématurément…

(dont surmenage, burn-out et taux de suicide double de la population générale), des jeunes qui hésiteront à s’installer surtout dans les « déserts médicaux », émigreront ou rechercheront des professions salariées collatérales…

Les conséquences d’une telle loi seront dramatiques pour la population et le pays, ( très grandes difficultés pour trouver un médecin et se faire soigner en ville, zones sans aucun praticien, poursuite du désengagement des caisses et augmentation inéluctable du tarif des mutuelles, diminution drastique de la qualité des soins, les médecins aux ordres des comptables des mutuelles n’ayant plus du tout de temps à consacrer à l’écoute, aggravation massive des dépenses de santé, les patients n’ayant d’autre choix que de se tourner vers l’hôpital, beaucoup plus cher pour des pathologies banales et qui sera à son tour submergé. Aggravation coûteuse des pathologies qui ne seront plus prises en charge assez rapidement et qui se compliqueront, augmentation du nombre des examens para-cliniques coûteux (radio, Scan, IRM…) pour compenser le déficit d’examen clinique par les médecins surmenés, avec un risque accru d’erreurs médicales dramatiques.

Il est aussi possible de pronostiquer l’émergence d’une médecine « de riches » pour ceux qui auront les moyens d’échapper à ce capharnaüm !

Bien entendu des réformes sont nécessaires, mais certainement pas sans l’aval des médecins et sur le seul avis des technocrates du ministère déconnectés des réalités de terrain et pour répondre aux promesses de campagne électorales généreuses, mais inconsidérées du Chef de l’état.

C’est pourquoi je vous invite Mme le député, à travailler, avec vos collègues, représentants du Peuple Français, au retrait pur et simple de cette loi qui porte en elle tous les ingrédients nécessaires à la destruction totale, inefficace et coûteuse de notre système de santé actuel, qui n’est pas que je sache le plus mauvais au monde..

Je vous encourage à vous opposer vigoureusement aux membres aveugles ou dogmatiques de votre propre parti au besoin, et à proposer les réformes constructives et réalistes que les médecins et leurs patients souhaitent, pour maintenir une médecine de qualité tout en faisant les économies nécessaires.

Veuillez agréer  Madame le député l’expression de toute ma considération.

Dr Antoine Courdent

21 rue Laurent Gers

62223 Saint-Laurent-Blangy