La FMF ne signera pas l’avenant 2 de l’ACI CPTS

Après consultation de ses instances, la FMF ne signera pas l'avenant 2 de l'ACI CPTS, qui ne fait que confirmer la dérive dirigiste de la gestion des territoires. Au lieu d'être des outils à destination des professionnels de santé libéraux, la CNAM voudrait en faire des annexes de l'Assurance Maladie, pour pallier les carences de l'hôpital.

La FMF exige que cette convention absurde qui gère les CPTS soit remise à plat au plus vite. Les professionnels de santé libéraux fournissent la preuve quotidiennement qu'ils sont efficients dans cette crise sanitaire. Leur fonctionnement perturbe ceux qui confondent technocratie et gestion sanitaire. Il est temps de leur donner rapidement un cadre d'exercice digne des enjeux.

Doctolibgate épisode 2 : l’APHP se fait plumer.

« Doctolib, ça suffit les bêtises ! »

Jean-Paul Hamon, président de la FMF, 2è syndicat de médecins libéraux en France, révèle un nouveau scandale provoqué par Doctolib. Découvrez comment Doctolib manipule le site internet de l'APHP pour détourner les patients vers d'autres médecins.

La FMF alerte depuis longtemps sur les risques que posent à l'éthique médicale les nouveaux acteurs de l'internet dans la santé. Sa vigilance se tourne en particulier vers les sites de prise de rendez vous en ligne.

Par la voix de son président, le Dr Jean-Paul Hamon, la Fédération des Médecins de France attire l'attention des professionnels de santé sur le préjudice subi par l'AP-HP dans son partenariat avec Doctolib, acteur de la prise de rendez-vous en ligne en France.

En effet, dans une vidéo publiée aujourd'hui, le Dr Hamon expose les multiples failles dans le système Doctolib de prise de rendez-vous installé sur le site de l'AP-HP. Les patients de l'AP-HP sont en effet orientés depuis le site de l'AP-HP via le logiciel de Doctolib vers des cabinets privés, des cliniques privées ou des établissements étrangers à l'AP-HP. L'AP-HP perd donc des patients à cause du module Doctolib installé sur son site.

Facteur aggravant : la manière dont le module Doctolib est installé empêche l'AP-HP de contrôler ce qui se passe lors de la prise de rendez-vous. D'où les détournements de patients vers le privé.

Au-delà du tort causé à l'hôpital public, ces dysfonctionnements graves indiquent que la structure AP-HP a perdu le contrôle de la prise de rendez-vous chez elle et c'est bien l'objet de l'inquiétude de la FMF . Cette perte de contrôle place l'hôpital public parisien dans une position de vulnérabilité qui n'est pas acceptable pour une institution publique aussi prestigieuse.

Par ailleurs, les dysfonctionnements relevés par le Dr Hamon indiquent que des problèmes semblables touchent les cliniques privées qui ont intégré Doctolib dans leurs sites internet.

La FMF, fidèle aux valeurs fondatrices de la médecine, comme la liberté de choix et l'indépendance, ne peut accepter que des partenaires privés peu au fait de l'éthique médicale prennent la main sur une étape aussi importante du parcours de soins.

La FMF appelle les pouvoirs publics et tous les acteurs de santé à prendre les mesures nécessaires destinées à réguler tout outil numérique utilisant des données personnelles et professionnelles. Elle incite les autorités de santé à solliciter les professionnels de santé et leurs représentants pour l'établissement d'un cahier des charges commun à la profession.